SERIE NOIRE # 3, 1970

Combien de fois, au cours des 30 glorieuses de la littérature de gare, la collec' au père Duhamel s'est-elle fait piquer son blaze par des maisons d'éditions peu scrupuleuses ?
Impossible de les répertorier, tous ces emprunts, sans y passer la journée... mais celui-ci, y'a pas à dire, enfonce gaillardement la borne. Série Noire en gros, et le cercle rouge des gialli Mondadori pour faire bonne mesure.
À l’intérieur, c'est la jaffe habituelle des productions photo-romantoques, avec une histoire complètement stupide de réfugiés palestiniens qui foutent la pagaille en Angleterre. "Il en arrive des centaines chaque jour qui vivent comme ils peuvent, en volant ou en accomplissant toutes sortes de délits."
Scotland Yard charge donc Dan Cooper de veiller au grain mais ce n'est pas si simple, biscotte ce dernier doit se marier avec Mary, sa fiancée de longue date. Mince de complication !
Heureusement, la greluche a été bien dressée. "Je t'aime trop pour t'en vouloir," qu'elle lui dit "[...] il ne me reste qu'à me résigner..."
La suite est vachement instructive, anthropologiquement parlant. On y apprend que les sans-papiers vivent du kidnapping des moujingues (cf. l'image du dessus), que leurs femelles sont saboulées et maquillées façon Mademoiselle Age-Tendre (couettes incluses) et que les Palestiniens sont, généralement, des juifs égyptiens pleins aux as.
À part ça, si cette publication est entièrement dépourvue de nénettes dénudées, l'amateur de castagne et jus de phalange aura par contre largement de quoi se remplir le ciboulot... la preuve en quatre images :
Que du bonheur !
Notons, avant de conclure, qu'après ce chouette photo-roman, se trouvent alors une bande-dessinée entièrement réalisée au papier calque (visible sur le tout nouveau TUMBLR du MULLER-FOKKER) puis, histoire de bien t'achever, un dessin humoristique qui... enfin, que... bon, autant le scanner, vous allez voir, c'est du lourd !
En fait, la vrai question que pose ce dessin, c'est : mais qui est donc ce nudiste rastaquouère à casquette ? Saint Pierre déguisé ? Un employé de chez GDF ? Un lecteur éberlué ?
Le saura-t-on jamais ?

6 commentaires:

Wood a dit…

Je ne serais pas surpris de trouver le nom d'André Guerber derrière ce plagiat de seconde zone, c'est out à fait son style...

Franck Jammes a dit…

La couv' a l'air réalisée à partir d'un montage de photos d'origines diverses (genre, photo de films.)

Sinon, bien fait pour Duhamel s'il se fait piller, ça lui apprendra à tronquer les versions originales des polars.

ROBO32.EXE a dit…

Franck, soyez pas si méchant, Duhamel, il ne les tronquait pas tant que ça, les polars de la SN... un paragraphe de rien du tout par ci par là, y'a pas mort d'homme ! Non, vraiment, je n’échangerai jamais mes Série Noire contre des rééditions Folio ou Rivages, parole de Robo !

Wood : je me disais la même chose et pourtant... il semblerait qu'André Guerber n'ait rien eu à voir avec cette publication.
Il s'agirait des "Nuove Edizioni Internazionali" (rome), distribuées en France par les "nouvelles messageries de la presse parisienne."

Kerys a dit…

Je ne sais pas, mais il me semble que c'était plus que ça, Guérif parlait d'un tiers pour les Thompson. Et le regretté Michel Lebrun de tripatouillages pour les Carter Brown (plus ou moins de scènes de Q selon l'humeur du moment…) Bon, cela dit, on regrettera toujours la SN comme collection poche…

Mister Gutsy a dit…

Une fois de plus, super post, merci ! Pour Duhamel, je suis pas expert, mais il me semblait également qu'il coupait davantage qu'un paragraphe par çi par là. Pour les (ou le?) Nelson DeMille par exemple, c'était à coup de dizaines de pages.

ROBO32.EXE a dit…

Pour les Thompson, ça me semble un peu gros, le tiers...
Pour le DeMille / Jack Cannon, ce n'était déjà plus Duhamel aux commandes de la SN... (et puis, bon, si on me demande mon avis, 10 pages, ce n'était pas suffisant, il aurait fallu tout couper ;-)

Bon, plus sérieusement, la pratique du "je tranche dans le vif", à l'époque, c'était monnaie courante... et pour ce que j'ai pu vérifier, VF & VO côte à côte, la Série Noire le faisait assez proprement. Rien à voir avec certains J'ai Lu ou Presses de la Cité...

Non, vraiment, un gars comme Duhamel, de nos jours, ça manque !